7 conseils pour se construire une marque employeur déplorable

7 conseils pour se construire une marque employeur déplorable

9 février 2016 0 Par Pascale Kroll

A l’usage de certaines entreprises et certains cabinets qui ne prêtent aucune attention à construire ou conserver une marque employeur béton.

Ces conseils m’ont été inspirés d’un constat personnel, en tant qu’ex-responsable d’un cabinet de recrutement international. Voilà plusieurs mois que me trottait à l’esprit l’idée, inspirée de l’émission de « Patron incognito », de jouer le rôle du candidat et de vivre les bonnes et mauvaises expériences d’un process de recrutement. Malheureusement, le constat fut catastrophique. Et les conseils élaborés ci-dessous sont encore trop souvent suivis à la lettre. Au grand dam de la réputation des recruteurs.

  1. Marquez votre mépris du candidat dès la réception de sa candidature

Certes, certains candidats adressent simplement leur CV, parfois même sans quelques lignes de texte dans le corps de leur email. Sans avoir pris le temps de lire l’annonce et de s’apercevoir par eux-mêmes que leur expérience et formation ne correspondaient en rien au profil décrit.

Mais il y a tous ceux qui correspondent plus ou moins au profil et qui ont accompagné leur CV ou pas d’un email ou d’une lettre de motivation. A ceux là, comme aux autres d’ailleurs, marquez immédiatement votre mépris en ne leur adressant aucun accusé réception, aucun remerciement. Ce sont eux qui cherchent du travail, pas vous ! Il ne manquerait plus que vous vous rabaissiez à remercier ou à donner de l’importance à ceux et celles qui ne vous sont d’aucune utilité.

2. Répondez aux candidats qui vous intéressent par un email grammaticalement scandaleux

La dernière réforme de l’orthographe nous permettra d’écrire « oignon » : « ognon » ou « nénuphar » : « nénufar ». Alors pourquoi s’arrêter là dans la destruction de la langue française ? Attaquez-vous aussi à la grammaire !

Soyez persuadé que l’essentiel est d’être compris et qu’une dizaine de fautes d’orthographe et de grammaire cumulées sur huit lignes ne nuit en rien en votre image et celle de votre entreprise. Et puis, une fois de plus, si le candidat n’est pas content, ce n’est pas votre problème ! C’est lui qui recherche du travail, pas vous !

  1. Exigez des candidats qu’ils vous appellent

A l’heure, où nous sommes tous en illimité dans nos abonnements téléphoniques, le prix de la communication et les économies ne sont plus des arguments valables. Par contre, il est hors de question que vous perdiez votre temps à appeler votre potentiel collaborateur en tombant sur sa messagerie.

Exigez de lui qu’il vous appelle ! C’est lui qui recherche du travail et qui doit s’efforcer de vous appeler et d’insister pour vous avoir simplement au moment où vous êtes libre.

  1. Négligez la ponctualité à l’entretien

Vous, vous travaillez ! Vous avez un job et des responsabilités ! C’est donc au candidat d’attendre et d’accepter votre manque de ponctualité. Et puis, entre nous, sa patience démontrera sa motivation.

Si vous n’êtes pas très occupé à l’heure prévue de l’entretien, pensez à faire un entracte à ce moment-là, car recevoir un candidat c’est très éprouvant et parfois chiant, surtout lorsqu’on a déjà fait fuir les meilleurs par notre comportement durant les précédentes étapes du process de recrutement. Une pause café, un petit tour sur Facebook, un appel à un ami,… sont quelques idées pour un entracte réussi.

  1. Jouez avec votre portable durant l’entretien

Rien n’est plus important que l’email professionnel, ou encore le SMS d’un ami ainsi que son dernier statut sur Facebook. L’entretien avec un candidat ne doit pas être un frein à la consultation de votre inséparable outil qu’est votre smartphone.

Peu vous importe la compréhension ou l’incompréhension de votre interlocuteur lorsque, pendant quelques secondes, vous l’ignorez pour regarder votre téléphone. N’est-ce pas vous qui lui accordez de votre précieux temps et n’est-ce pas lui qui recherche du travail ?

  1. Enfilez la cape d’invisibilité d’Harry Potter

Une fois l’entretien terminé, après réflexion ou pas, certains candidats ne vous auront pas séduit par leurs compétences et la présentation de leur expérience. A ceux-là, depuis le début du process de recrutement, vous estimerez leur avoir accordé assez de temps et d’énergie.

Enfilez donc votre « cape d’invisibilité » à la Harry Potter et devenez invisible (pour ne pas dire indisponible) pour les candidats qui tenteraient de vous contacter pour se tenir informés de votre décision les concernant. En plus d’avoir été irrespectueux et arrogant depuis le début, soyez également lâche.

  1. Insultez le candidat

Finalement, si un courageux et teigneux candidat, que vous aviez jugé non intéressant, arrivait à entrer en contact avec vous, de manière plus ou moins directe… portez-lui le coup final !

Vous ne voulez pas travailler avec lui, vous lui avez laissé la chance de le comprendre par votre silence. Malgré cela, il insiste pour comprendre le motif du rejet de sa candidature afin de s’améliorer pour d’autres entretiens. Ce serait trop long de lui accorder du temps en lui expliquant poliment pourquoi vous avez préféré un autre candidat. Soyez bref et efficace : insultez-le d’harceleur ou d’idiot, puis raccrochez-lui au nez.

 

Vous l’aurez bien compris, ces terribles conseils ne sont pas à suivre si vous souhaitez que les candidats, malgré une réponse négative à leur candidature, conservent un souvenir positif de l’expérience de recrutement vécue avec vous. Malheureusement, ces sept « conseils » sont basés sur des expériences que j’ai vécues personnellement durant cette expérience.

 

Je ne suis donc pas désolé de dire, aux consultants et chargés de recrutement qui me reconnaîtront (en tant que candidat) et se reconnaîtront dans cet article, qu’ils font honte à la profession et qu’ils devraient sérieusement revoir leurs méthodes de travail ou tout simplement changer d’activité.

Je remercie également tous les recruteurs qui sont éloignés de ces sept conseils pour l’expérience positive qu’ils font vivre aux candidats.

 

Fabien BERRUYER
Consultant et Manager, spécialiste du secteur automobile et du recrutement
Bloggeur blagueur pour le plaisir sur les thématiques RH