Enter your keyword

Clonage des candidats : et si les cabinets proposaient davantage d’outsider dans leur short-list ?

Clonage des candidats : et si les cabinets proposaient davantage d’outsider dans leur short-list ?

Quels sont les critères de choix majeurs des consultants des cabinets de recrutement ? Quels sont leurs outils de travail ? Le clonage reste-t-il une pratique forte et inébranlable ? Eric Beaudouin, président fondateur du cabinet d’outplacement Oasys Consultants a présenté en avant-première les résultats de sa 3e étude sur les pratiques des cabinets de chasse de tête et de recrutement au club des chasseurs de têtes, le 20 mai. Compte-rendu et voies d’amélioration possibles.

Un quart des recrutements des cadres passe par l’intermédiaire de chasseurs de tête et de cabinets de recrutement.

Oasys Consultants s’est intéressé de près aux pratiques réelles de ces professionnels*. Histoire de mieux conseiller les candidats ayant recours à leurs services dans le cadre de l’accompagnement des transitions de carrière des cadres et dirigeants. Les résultats sont également utiles pour les entreprises souhaitant avoir recours à ces professionnels. C’est enfin une source très utile pour les consultants desdits cabinets qui pourront peut-être, à partir de cet état des lieux, en tirer des voies d’amélioration et accentuer leur rôle de conseil auprès de leurs entreprises clientes.

Le clonage représente 2 missions sur 3

Car le principal enseignement de cette étude – et c’était déjà le cas des deux précédentes -, est la forte pratique du clonage. Plus d’un tiers des consultants déclarent faire du clonage** dans deux missions sur trois. Les études se suivent, les résultats ne varient pas, ou prou, depuis 2006, date de la première étude. La faute aux clients que le « cadre clone » rassure car il peut être opérationnel immédiatement ? La faute aux professionnels du recrutement ne faisant pas assez jouer leur rôle de conseil pour faire changer les mentalités ?

Interrogés sur leurs marges de manœuvre ou d’influence pour faire évoluer le point de vue du client sur les critères de sélection, les cabinets notent que les clients restent inflexibles sur leurs trois principaux critères de choix, à savoir l’expérience métier, la personnalité et la maîtrise des langues (enseignement important de cette étude, ce 3e critère passe désormais avant l’expérience du secteur).

Les critères de discrimination sont toujours une demande des entreprises

La marge de manœuvre des consultants est plus large sur les critères de formation, de sexe et d’âge du candidat. La loi sur la non-discrimination, le travail de l’association A compétence égale et les campagnes de sensibilisation sur le sujet, auraient porté leurs fruits. Les critères discriminants restent toutefois extrêmement demandés par les clients : 44 % des clients font état de l’âge comme critère de sélection. C’est certes moins que lors de l’édition de 2011 (52 %). Mais les cabinets ont encore du pain sur la planche afin d’expliquer à leurs clients que ce critère fait partie des 20 demandes répréhensibles par la loi sur la non-discrimination. L’origine ethnique est demandée par 13 % des clients.

Des chasseurs plus enclins à proposer des outsiders

Les cabinets seraient-ils plus ouverts que leurs clients concernant les critères ? Seraient-ils plus enclins à proposer des outsiders ? Il semblerait que oui. 38 % des consultants interrogés déclarent présenter un outsider dans une mission sur quatre. Eric Beaudoin a une bonne interprétation du sujet : « L’arrivée d’une nouvelle génération de recruteurs et de consultants dans les cabinets contribuent à une ouverture sur ces sujets. » La crise, les parcours plus diversifiés voire chaotiques, pourraient également être une explication.

 

Consultants, êtes-vous prêts à proposer systématiquement un candidat outsider dans votre short-list ?

 

A venir : un article sur l’étude complète le mois prochain.

 

* 117 cabinets interrogés, représentant plus de 2 000 consultants, en France.

** un candidat clone est une personne ayant les mêmes caractéristiques que son prédécesseur

 

 

 

No Comments

Post a Comment

Your email address will not be published.