Comment appréhender le stress en entretien de recrutement ?

5 octobre 2015 0 Par Pascale Kroll

Lorsque vous passez un entretien de recrutement, vous ne vous sentez pas à l’aise. Vous avez les mains moites, votre respiration s’accélère, vous avez la gorge serrée et sèche. Le stress se manifeste et votre corps réagit.

Tout d’abord, sachez que ce stress vient de votre esprit. Vous avez une idée haute des compétences attendues pour ce poste. Et vous percevez vos propres compétences en dessous de ce qui est attendu. Plus cet écart au niveau de votre perception est important et plus le stress généré sera important. Pour travailler à la source, essayez de voir la situation sous un angle différent. Si vous avez décidé de postuler, c’est parce que vous pensez que vous pourriez être à la hauteur. Fermez vos yeux, imaginez-vous déjà en poste, vivez la situation, ressentez là avec vos 5 sens. Vous êtes à l’aise et vous êtes doué sur ce poste, les gens vous respectent. Gardez cette confiance et dites-vous que ce poste est pour vous. Cet entretien est une opportunité de montrer qui vous êtes et de prouver que vos différences apporteront beaucoup à l’entreprise. Imprégnez-vous de cette attitude et vous serez à l’aise durant l’entretien. Pour vous aider, je vous propose 4 thématiques ci-dessous.

  1. Le stress est votre ami, n’en ayez pas peur

Votre cœur bat la chamade, vous respirez plus vite, vous êtes en sueur… N’interprétez pas ces changements physiques comme de l’anxiété ou comme des signes qui montrent que vous ne supportez pas très bien la pression. Et si vous les voyiez comme des signes que votre corps a été stimulé, pour vous préparer à relever ce défi ? Analysons simplement la situation :

  • Ce cœur qui bat la chamade ? C’est bien, il vous prépare à l’action.
  • Vous respirez plus vite ? Il n’y a aucun problème, cela apporte plus d’oxygène à votre cerveau.

Apprenez à voir votre réponse au stress comme utile pour votre performance. Résultat, vous serez moins stressés, moins anxieux et plus confiants en vous. Gardez ces éléments en tête et dites-vous que votre corps vous aide à relever ce défi. Lorsque vous percevez le stress de cette façon, votre corps vous croit, et votre réponse au stress devient plus saine.

  1. Quelques conseils pratiques pour vous relaxer

Lorsque vous changez d’avis à propos du stress, vous pouvez modifier la réponse de votre corps au stress. Je vous propose deux exercices pour relâcher la pression : bailler et respirer.

Bailler, c’est un réflexe qui se produit lorsque nous avons sommeil, faim, ou que nous nous ennuyons. Bailler est un acte sain qui émane du corps et non du mental. Lorsque nous baillons, nous abaissons toutes nos défenses et la vague qui nous traverse nous emporte dans une détente naturelle. Vous me direz que l’on n’a pas forcément envie de bailler à ce moment-là. Pas de soucis, cela s’apprend. J

  • Cessez de penser pour laisser s’éveiller votre part la plus animale.
  • Ouvrez la bouche en grand.
  • Laissez alors monter le bâillement sans le réprimer.

Le soupir procède d’un mécanisme similaire. C’est aussi une décharge respiratoire qui apporte détente et satisfaction. C’est un instrument naturel contre le stress. Le souffle est au centre de ce phénomène : on inspire et on expire avec une force particulière. Essayez l’exercice suivant :

  • Fermer les yeux.
  • Inspirez lentement par le nez en imaginant que vous inspirez une douce lumière chaude, en comptant jusqu’à 5.
  • Retenez votre souffle pendant 5 secondes en sentant cette lumière chaude agir de l’intérieur pour vous apaiser et vous nettoyer.
  • Expirez lentement pendant 5 secondes, en laissant la vague emmener avec elle ce dont vous n’avez pas besoin.
  • Répétez l’exercice 3 fois.
  1. Attirez à vous le meilleur

Nous obtenons ce que nous pensons. Même si nos intentions sont bonnes, si nous pensons en termes d’éléments négatifs, alors nous obtenons cette même chose en retour.
Pour se libérer de la dépendance des pensées négatives, il faut décider de ne plus essayer d’y parvenir en termes de lutte et de conquête. Il faut remplacer le combat par des pensées et une énergie qui n’ont rien de belliqueux. La réaction à des pensées qui se traduisent par des combats sera une contre-force. En résumé d’autres nous rendront la monnaie de notre pièce, conformément à notre désir de nous battre. Ne faites donc pas la guerre au stress mais tournez-vous vers des pensées positives, basées sur le bien-être, l’équilibre, l’amour.

  1. Préparation en amont

Enfin pour vous préparer avant le jour j :

  • Faites attention à votre alimentation, car elle peut aussi vous aider : manger sain et bon à la fois est un anti-stress très efficace. Et consommer du magnésium permet de résister au stress. On en trouve dans le pain complet, les céréales complètes, le chocolat noir, les fruits secs (amandes, noisettes,…), les légumes secs (haricots, pois chiches…), et dans certaines eaux minérales. 
  • L’exercice physique ensuite: faire bouger son corps, s’oxygéner… N’hésitez pas à vous dépenser la veille, vous n’en dormirez que mieux.
  • Prendre du temps pour soi pour se faire plaisir, se détendre (musique,…), appeler un ami, …

 

Wilfried PÂRIS

Directeur associé du Cabinet Leadership & Attitude, spécialiste (entre autres) de la gestion du stress